Ou sommes nous  
 
Fossiles des faluns Faune continentale.IMPRIMER CETTE ARTICLE

Dans la Mer des faluns, se jetaient des fleuves sur les bords desquels venaient s’abreuver de nombreux animaux terrestres ( Mammifères, Tortues….) et aériens ( Oiseaux ). Leur rivage était peuplé aussi d’autres Reptiles ( Crocodiles,…). Cette faune, du Miocène moyen, est datée de la zone mammalienne MN 5. A leur mort, des morceaux de leur squelette pouvaient tomber dans l’eau des rivières qui pouvait les transporter jusque dans la mer.

La richesse de cette faune s’explique aussi par la présence de fragments d’animaux plus anciens, du Burdigalien ( zones mammaliennes MN 3 et MN 4 ) remaniés lors de la transgression marine du Langhien.

Nous vous montrons maintenant quelques uns de ces restes osseux qui se trouvent ainsi mélangés au falun marin.

 

I – Les Reptiles sont des Vertébrés tétrapodes dont le corps est recouvert d’écailles cornées épidermiques soudées, formant une carapace rigide.

 

1) Les Tortues ou Chéloniens

a – Les tortues fluviatiles, à carapace molle, carnivore, vivent en eau douce.

La Trionyx des faluns devait ressembler à l’actuelle Trionyx du Nil.

b – Les tortues terrestres herbivores vivent dans les régions chaudes à saison sèche

( Grèce, Iles Galapagos,…) et possèdent une carapace haute, bombée et ovoïde.

Les restes de Testudo promarginata des faluns sont probablement remaniés du Burdigalien inférieur.

 
testudo promarginata  
   
30 – Fragment latéral d’hypoplastron 31 – Fragment de plastron de Trionyx
de Testudo promarginata

2) Les Crocodiliens

Les Alligatoridés sont des animaux aquatiques, aux museaux modérément allongés, qui vivent actuellement dans des pays chauds ( Amazonie…).

Le genre Diplocynodon des faluns a vécu du Burdigalien à l’Helvétien inférieur.

32 – Plaque dermique 33 – Fragment de mâchoire 34 - Dents




II – Les Mammifères sont des vertébrés au corps recouvert de poils et à la température constante. Les femelles possèdent des mamelles pour alimenter leurs jeunes.

Les dents, recouvertes d’une couche d’émail très dure au niveau de la couronne, sont souvent les seules parties conservées de leur squelette.

 

1) Les Primates sont représentés par les Pliopithéques qui avait, un peu, l’aspect des gibbons actuels et pouvaient grimper dans les arbres grâce à leurs mains préhensiles.

40 – molaire de Pliopithecus pivetaui


2) Les Rongeurs sont souvent végétariens; ils possèdent de longues incisives coupantes, taillées en biseau et des molaires râpeuses.

Nous vous présentons, ci-dessous, une demi-mandibule d’un Castoridé, animal fouisseur, adapté à la vie aquatique.

41 – Steneofiber depereti


3) Les Carnivores se nourrissent surtout d’animaux vivants qu’ils saisissent à l’aide de leurs griffes, puis découpent en morceaux grâce à leurs carnassières tranchantes.

42 – Molaire d’Amphicyon giganteus 43 – Canine de Plithocyon parvus


4) Les Proboscidiens sont représentés actuellement par les éléphants. Ce sont des animaux caractérisés par une longue trompe très mobile, une peau verruqueuse à poils rares, des incisives longues développées en défenses, alors que l’extrêmité des 5 doigts de chaque pied est enfermée dans un coussin élastique.

Deinotherim bavaricum Gomphotherium angustidens

a – Le Deinotherium bavaricum était un animal de grande taille ( pouvant atteindre

5m. au garrot) qui possédaient des molaires d’aspect primitif, à 2 crêtes transversales d’émail alors que la mandibule portait 2 défenses recourbées vers le bas.



44 – Deuxième molaire supérieure 45 – Quatrième prémolaire supérieure


b – Les Mastodontes avaient un corps long, des membres courts , un crâne bas et 4 défenses. Ils sont plus évolués que les Deinotheriums.



46 – Troisième molaire inférieure

46 – Deuxième molaire supérieure
de Gomphotherium angustidens de Zygolophodon turicensis

   

5) Les Périssodactiles ont des pattes postérieures munies d’un nombre impair de doigts.

L’évolution amène une réduction portant soit sur les incisives (Rhinocéros ), soit sur les prémolaires (Cheval ), produisant des espaces libres dus à la disparition des dents et à l’allongement des os. Les prémolaires prennent la for me de molaires chez les plus évolués (Ginsburg 1986).

a - Les Equidés, représentés actuellement par les chevaux, ont subi, depuis l'Eocène une évolution caractérisée par une augmentation de la taille, la réduction des doigts latéraux et une modification des dents qui deviennent broyeuses.

Dans les falune on trouve les restes de 2 types d'équidés qui se sont succédas au cours du Miocène ; l'Anchitlzerittlrl attrelimlense a été présentjusqu'au Langhien - 15 millions d'années - puis remplacé , au Vallésien - 12 millions d'années - par l'Hipparion pn'migerlitllxu Le changement des conditions climatiques - remplacement des forêts par de la savane- a probablement été l'origine de l'adaptation de cet Hipparion présent dans les fall;l:tss de Doué- la-Fontaine.

48 - Molaire d'Anchitàeritlnl aurelianense 49 - Molaire itlfél|ettre de Tapiras sp.

b - Les Tapîridés sont présents actuellement en Asie tropicale mais aussi en Amérique centrale et du Sud ; ils possèdent une courte trompe pour attraper leur nourriture végétale. Leurs molaires, qui sont rares dans les falune, présentent 2 crêtes inverses mais elles n'ont pu être attribuées à une espèce déterminée. c - Les Rhinocérotidés qui vivent, de nos jours, dnnn les régions marécageuses de l'Asie et de l'Afrique, ne représentent qu'une faible variété de ceux qui vivaient en Touraine au Miocène. Leur détermination, grâce aux dents, n çest pas toujours facile, car leur surface d'usure vade beaucoup avec l'âge, surtout au niveau des molaires.

50 - Incisive supérieure de Diacerathelium atu'elialzense
51 - Troisième molaire supérieure
de Brachypotherium brachypus
52 - Deuxième molaire inférieure
de Diaceratherium aurelianense

6 - Les Artiodactyles possèdent des pattes au nombre pair de doigts, les 2 centraux étant nettement plus grands, toujours en contact avec le sol. Ils représentent actuellement une très grande variété d'animaux (sangliers, ruminants..).

a - Les Suidés ont une vaste répartition, au Miocène, en Afrique et en Eurasie. Leur régime alimentaire actuel est omnivore.

Leurs incisives sont petites, obliques alors que les canines en pointe et arquées ont une surface d'usure biseautée. Les prémolaires ont une forme triangulaire et les molaires rectangulaires présentent une couronne formée de 4 à 6 mamelons coniques inégaux.

On a répertorié, dans les faluns, une dizaine d'espèces de suidés, au niveau des zones mammaliennes MN 3, MN 5 et MN 9


53 - Troisième molaire inférieure
de Korynochoerus palaeochoerus
54 - Troisième molaire supérieure
d'Hyotherium soemmeringi

b - Les Anthracothéridés devaient être des animaux lourds, plutôt bas sur pattes avec une tête relativement grande. On pense qu'ils avaient le mode de vie des hippopotames alliés, atlimnux| africains atïbectioxulalzt les fleuves et se nourrissant de végétaux.

Les dents et os de Brachyodus onoïdeus et de Brachyodus intermedius mélangés au falun provient des formations continentales sous-jacentes datées du Burdigalien - zones mammaliennes.MN 3 à MN 4a - et ont été remaniés par la Mer des falune, lors de la transgression langhienne.

55 - Troisième molaire supérieure
de Brachyodus onoïdeus
56 - Troisième molaire inférieure
de Brachyodus onoïdeus

c - Les culminants forment actuellement un très important sous-ordre comprenant notamment les bovidés (mouton, gazelle,antilope..), les girafidés (girafe, okapi) et les cervidés (cerf daim, renne,...). Ce sont des ondulés qui sont pour certains en pleine expansion et très riche en espèces, de nos jours. Leurs dents sont sélénodontes c'est-à-dire en forme de croissant de lunes caractérisant un régime alimentaire végétarien.

On trouve dans les falune des restes de ruminants sans bois (genres Dorcatherium ou Amphimoschus, ruminants plus ou moins primitifs), mais surtout de ruminants avec bois (genres Procervulus, Lagomeryx..), ou avec des ossicônes (Palaeomeryx) ou avec des cornes (Eotragus, à l'origine des antilopes). Les Cainothéridés ( genres Cainotherium) très rares au miocène moyen étaient de petits animaux, guère plus grands qu'un lapins qui devaient se nourrir de végétaux tendres. Ils avaient un petit crâne et des molaires supérieures quadrangulaires.

57 - M1 M2 M3 sur mandibule
de Procervulus dichotomus
58 - Première molaire supérieure
de Palaeomeryx Kaupi

59 - Bois de chute de Stephanocemas elegantulus

Textes réalisés d'après la publication " Les restes de Mammifères des faluns de l'Aujou-Touraine" de GINSBURG et MORNAND - 1986 -
Dessins de François CHEVRIER " Fossiles des Faluns Miocène" - 1989 -
 
Article : 1 à 1 sur 1